FAMILLE VIETNAMIENNE

D’une part, les ménages vietnamiens se composent généralement des parents, des enfants et même des grands-parents. Si le modèle de famille nucléaire occidental commence à se développer au Vietnam. Le modèle traditionnel demeure cependant une référence. Les aînés sont extrêmement respectés.

De type patriarcal, la famille était fondée sur les valeurs de fidélité, de piété familiale, de politesse et de générosité. La piété familiale, considérée comme la première vertu, rend tous les membres de la famille, vivants ou morts, solidaires dans le malheur ou dans la joie. Les morts, jusqu’à la neuvième génération, sont associés par le culte des ancêtres.

La famille n’admet en général aucune intrusion des pouvoirs publics dans son organisation. Elle est soumise à la seule autorité du chef de clan qui perpétue les traditions familiales. Ces traditions, réservant aux hommes les affaires réputées intellectuelles, attribuent à la femme toutes les tâches ménagères et quelquefois les travaux pénibles : cultiver le jardin, repiquer le riz… Elles sont aussi chargées de la gestion du foyer et de l’éducation des enfants.

En ville, les mœurs évoluent plus rapidement, le poids de la famille est moins contraignant et la plupart des jeunes choisissent leur conjoint. Mais, paradoxalement, la religion connait un nouveau essor, les temples et les églises sont très fréquentes, les conseils des bonzes ou du clergé sont écoutés.